Installer un poêle chez soi soulève de nombreuses questions, notamment en ce qui concerne le mur auquel on compte l’adosser. Le risque de jaunissement, ou pire, de fissures, est réel si on ne prend pas garde à la distance entre les deux. Peut-on pour autant réduire cet écart ou placer une isolation derrière un poêle ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Connaître la distance de sécurité entre un poêle et un mur

En premier lieu, il faut déterminer si la paroi contre laquelle on veut caler le poêle est inflammable ou non. Entre le bois et la brique, sans oublier le combo ciment-parpaings, les possibilités de bouter le feu au logis ne sont pas les mêmes. Ainsi, il faut compter une distance de protection égale au triple du diamètre du conduit dans le cas d’une paroi combustible. Dans le cas d’un conduit de 25 cm, il faut donc mesurer une distance de sécurité de 75 cm.

Si la pièce est d’une taille qui vous invite à réduire au maximum la distance entre le mur et le poêle à bois, deux options s’offrent à vous. La première est l’installation d’un écran thermique, qui va renvoyer la chaleur en cas de hausse de la température. La seconde est la pose d’une paroi ignifuge, qui va protéger le mur en lui épargnant le risque de s’enflammer. Dans ces deux cas de figure, vous devrez respecter une distance réduite à une fois et demi le diamètre du conduit – ce qui est déjà moitié moins que la pose normale.

Autre astuce qui a fait ses preuves pour réduire la distance mur-poêle : opter pour un conduit doté d’un habillage ventilé. Vous ne voyez pas le rapport ? Sachez que dans ce cas, les distances de sécurité préconisées dans le DTU sont déterminées par rapport aux dimensions du conduit de raccordement, et non aux dimensions du poêle. L’écart sécurisé est alors considéré comme suffisant s’il est au moins égal au diamètre du conduit.

On a donc la possibilité de diminuer d’un facteur trois la distance réglementaire, ce qui n’est pas rien. Cela implique un certain surcoût à l’installation, toutefois le gain d’espace est indéniable au quotidien.

De quelle façon protéger un mur placé derrière un poêle ?

Sans aller jusqu’à jouer avec la distance de sécurité avec un poêle à bois, on trouve toujours moyen de protéger son mur à peu de frais, sans engager les moindres travaux. Pour cela, le meilleur conseil que l’on puisse vous donner est d’installer une plaque de protection en acier directement contre la surface du mur. Notez qu’une plaque en silicate de calcium fait aussi bien l’affaire. À vous de voir en fonction des fournisseurs auprès desquels vous pouvez vous approvisionner.

D’autres protections existent, bien entendu. Celles-ci adoptent de nombreuses formes différentes. Votre installateur est supposé en capacité de vous proposer les modèles les plus adaptés aux mesures de votre type de poêle, mais n’hésitez pas à insister sur le sujet. Il saura alors vous orienter vers la solution la plus efficace pour votre installation.

Les plus courantes sont reliées aux suggestions citées plus haut pour réduire la distance de sécurité. Ce pourrait être l’occasion de faire d’une pierre deux coups.

  • Un écran thermique, capable de procurer une vraie protection murale isolante et rayonnante.
  • Une plaque de silicate de calcium. C’est un système à base de panneaux isolants, particulièrement écologiques, dont on se sert notamment pour l’habillage de cheminée et de hotte.
  • Une plaque d’acier, l’option élémentaire, donc la plus simple et certainement la plus facile à mettre en place chez soi.

Si le logement n’est pas encore construit, mais que la présence d’un poêle à bois est d’ores et déjà entérinée, pourquoi ne pas prévoir dès le départ de construire le mur dans un matériau naturellement plus résistant et protecteur ? Il en existe plusieurs sortes à installer derrière un poêle.

  • Un mur en plaques de plâtre ignifuge
  • Un mur en béton cellulaire
  • Un mur en briques réfractaires
  • Un mur en briques de terre compressée, de préférence monté en doublage du mur existant. Cette option autorisera la chaleur du poêle à rayonner dans la pièce tout en lui conférant l’esthétique traditionnelle de la brique.

Placer une isolation derrière le mur ?

Au cas où l’installation de votre poêle à bois se trouvera à proximité d’une cloison séparatrice ou d’un mur intérieur, rapportez-vous aux conseils précédents : une simple plaque de protection suffira amplement à protéger votre mur. Parfois, à vouloir trop bien faire, on se plante, c’est bien connu.

Cela étant dit, il est raisonnable d’envisager une isolation du mur contre lequel sera installé le poêle. La démarche n’a rien d’obligatoire, néanmoins elle peut contribuer à rassurer lors de la pose de l’appareil. Dans ce cas, nous recommandons l’usage d’isolants dépourvus de pare-vapeurs inflammables, et de privilégier plutôt la laine de roche. Si cette dernière bénéficie d’un revêtement d’aluminium, c’est encore mieux.

Terminons cet article avec un petit rappel en faveur des murs en briques : ceux-ci procurent davantage d’inertie calorifère qu’un mur en Placo ou en Fermacelle. Ils seront ainsi plus protecteurs en cas de réduction de la distance de sécurité avec le poêle et souffriront moins de la présence continue de ce dernier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici