Depuis le début de la crise sanitaire, les résidences secondaires ont le vent en poupe ! Selon une étude, un tiers des investisseurs immobiliers souhaiteraient s’en offrir une à l’étranger. C’est également votre souhait ? Voici les avantages de l’investissement à l’international, les meilleures destinations et les pièges à éviter avant de se lancer.

Les Français investissent à l’étranger

Malgré une accalmie due à la reprise des activités, les Français sont toujours à la recherche d’une résidence secondaire. Les foyers ont désormais pris conscience de l’importance d’avoir un logement avec de l’espace et un extérieur. Et, quitte à acheter un second bien immobilier, pourquoi ne pas choisir une destination plus exotique et dépaysante que le territoire français ? À l’heure où les taux de crédit dépassent le plafond, il peut être bon de s’enquérir des différentes opportunités à l’étranger.

Selon un sondage, la plupart des Français hésitent à se jeter à l’eau d’abord par méconnaissance de la langue locale (40 %), par manque de moyens financiers (34 %) et par manque de visibilité des prestataires étrangers (20 %). Pourtant, certains territoires observent un marché très attractif. C’est notamment le cas de l’Espagne, l’un des plus gros marchés européens avec environ 500 000 transactions résidentielles par an (contre 1 million en France).

Contrairement à la France, la loi espagnole (La Ley Vivienda) protège les propriétaires-bailleurs. Les dispositions fiscales y sont ainsi bien plus avantageuses. Les îles Baléares ne sont par ailleurs pas laissées pour compte. Certains Français préfèrent en effet acheter un bien immobilier à Majorque, une terre de luxe jouissant de paysages de cartes postales et d’eaux turquoise.

Pourquoi investir à l’international ?

Si de nombreux Français souhaitent investir dans une résidence secondaire à l’international, c’est bien entendu pour les nombreux avantages que cela représente :

  • Un dépaysement total : nouveaux paysages, nouvelle culture, nouvelle langue, nouvelles rencontres… Établir sa résidence secondaire à l’étranger permet de s’ouvrir au monde et de mettre un pas dans ce nouveau pays d’adoption.
  • Une fiscalité plus avantageuse : les loyers touchés à l’international sont taxés par le pays d’origine et non par la France. La fiscalité est donc beaucoup plus avantageuse lors d’un investissement immobilier à l’étranger.
  • La diversification de son patrimoine : il est toujours plus prudent de diversifier ses investissements et de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier sur le territoire hexagonal.
  • Une meilleure rentabilité locative : en Espagne, par exemple, il est possible d’acheter un studio dans les grandes métropoles pour pas cher.
  • Un ticket d’entrée plutôt faible : toujours en Espagne, un studio reviendra deux fois moins cher à l’achat qu’un studio à Paris. Attention cependant, un projet immobilier en Espagne demande de disposer de 30 % du montant.
  • Une plus-value plus importante : il s’agit de la principale motivation des Français à miser notamment sur les territoires espagnols. Contrairement à la France, certaines grandes villes continuent de grimper, un potentiel de revalorisation supérieur qui pousse les acheteurs à se lancer en investissement.

Les destinations les plus avantageuses en 2022

Vous souhaitez investir à l’étranger, mais vous hésitez sur la destination ? Voici le top 5 des pays les plus réputés pour leurs avantages fiscaux et les plus appréciés par les Français souhaitant établir leur résidence secondaire à l’étranger :

  1. Les États-Unis : la crise a provoqué la chute des prix, l’année 2022 est donc favorable pour l’investissement locatif.
  2. Les Émirats Arabes Unis : plus précisément la ville de Dubaï. Les étrangers sont attirés par l’économie et le climat de vie.
  3. L’Allemagne : son économie stable et ses prix immobiliers relativement bas attirent à l’international.
  4. Le Canada : vie paisible, environnement agréable, pays très accueillant et taux de chômage extrêmement faible, le Canada attire chaque année de plus en plus de Français.
  5. L’Espagne : déjà cité précédemment, l’Espagne se relève peu à peu de la crise avec des prix aujourd’hui très abordables.

Acheter à l’étranger : les pièges à éviter

Lorsque l’on achète à l’étranger, on n’a pas une grande visibilité sur le processus ni sur l’activité des prestataires engagés. Il est donc très important de se poser, en amont, les bonnes questions et de se renseigner autant que possible sur les différentes réglementations du pays visé en matière d’immobilier.

Voici, pour vous, les points les plus importants à vérifier pour éviter de tomber dans des pièges dont vous aurez de grandes difficultés à vous dépêtrer :

  • Consulter la protection des acheteurs. Chaque pays, même au sein de l’Union européenne, applique ses propres formalités. Elles sont, dans certains cas, moins protectrices qu’en France.
  • Vérifier la conformité de la construction. Dans certains pays, comme en Grèce ou au Portugal, par exemple, le permis de construire n’est pas toujours respecté. Il est important de demander un certificat de conformité.
  • S’entourer de professionnels qualifiés. Un notaire français sera en mesure de vous aiguiller sur les procédures d’acquisitions immobilières à l’étranger.
  • Faire attention aux frais d’acquisition. Le prix affiché n’est pas forcément celui que vous devrez payer. Des frais d’acquisition peuvent s’appliquer. Ils s’élèvent à 2 ou 3 % dans le neuf en France, contre 13 ou 15 % en Espagne et en Belgique.
  • Attention à la double imposition. L’acquisition de parts d’une société française (SCI) peut se cumuler à la taxe locale.
  • Penser à l’assurance de son bien immobilier, une procédure variant là encore en fonction du pays concerné.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici