Avec le développement des nouvelles technologies et la multiplication des supports numériques, la cybercriminalité est devenue une préoccupation de tous les instants. Pour les particuliers, comme pour les professionnels, la protection des données requiert des dispositions particulières. Mais comment protéger efficacement ses données personnelles lorsque l’on est chez soi ? Quels sont les risques liés à nos équipements et installations ? Voici pour vous quelques éléments de réponse.

Réseau Wi-Fi domestique : risques et solutions

Le réseau Wi-Fi de son domicile est utilisé quotidiennement et bien souvent par plusieurs personnes en simultané dans le cadre d’une vie de famille. Problème : le Wi-Fi est particulièrement vulnérable du fait de ses ondes très facilement accessibles. Dans une grande ville ou en appartement, on peut accéder en toute simplicité au réseau de ses voisins et ces derniers au nôtre. Par ailleurs, les clés de chiffrement sont de plus en plus vulnérables, car de mieux en mieux contournées. Pour protéger efficacement ses données, plusieurs solutions sont à envisager.

Mettre en place un mot de passe complexe

C’est la base, mais c’est tout de même important de le souligner. En général les fournisseurs de d’accès livrent des clés Wi-Fi assez longues et complexes pour ne pas être piratées. Lorsque la box est placée dans un lieu public ou dans un endroit très fréquenté, il est cependant conseillé de la changer. Il est donc très important de veiller à choisir un mot de passe sécurisé, évitant les dates de naissance et les noms de ses proches, très faciles à trouver pour un hacker. Des astuces existent sur le net pour pouvoir établir un mot de passe fiable dont on pourra facilement se souvenir.

Réduire la portée du signal

Contrairement à ce que l’on peut penser, la portée d’un signal Wi-Fi peut tout à fait se moduler. Lorsque l’on vit dans un petit appartement, il n’y a pas forcément besoin d’étendre son réseau au-delà d’une certaine limite. Pour réduire la portée de son Wi-Fi et réduire ainsi les risques de piratage, il suffit d’aller sur son interface d’administration, de chercher l’option « canal » et de modifier sa valeur. Si le routeur le permet, il est conseillé d’utiliser la fréquence 5 GHz à la place du 2,4 GHz. En effet, les murs bloquent mieux les signaux élevés. Par ailleurs, afin d’éviter tout risque de sécurité, il est également conseillé de désactiver son routeur avant de partir de la maison.

Bien choisir sa clé de chiffrement

Dans le but d’apporter une sécurisation supplémentaire au réseau Wi-Fi, les fournisseurs utilisent plusieurs clés de chiffrement. Aujourd’hui, la WPA-PSK et le protocole WPA2 sont les options les plus sûres. Pour une protection encore plus complète, le WPA3 reste bien entendu la solution de sécurité la plus optimale. Ces options sont observables et modifiables dans les paramètres Wi-Fi.

Utiliser un VPN

On entend de plus en plus parler de la solution VPN (ou réseau privé virtuel) sur les réseaux sociaux et les plateformes de streaming. Il y a une raison à cela : il s’agit de l’un des moyens les plus fiables pour assurer son anonymat et protéger ses données numériques. Le VPN assure une totale confidentialité des internautes, et ce même sur un Wi-Fi public. À noter que le VPN est notamment très connu pour sa propension à masquer l’adresse IP des utilisateurs, les rendant ainsi totalement intraçables. Autre avantage de ce système : on peut faire croire que l’on habite dans un autre coin du monde et accéder à des contenus indisponibles depuis son pays d’origine.

Cybercriminalité : la domotique vulnérable

La domotique, consistant à relier de nombreux appareils électroniques de son logement, représente également un véritable risque concernant la sécurisation des données. Très tendance, la domotique permet aux particuliers de pouvoir allier confort, écologie et économie à travers un dispositif numérique destiné à créer des maisons intelligentes.

En 2016, le monde prend conscience que les objets connectés, destinés initialement à protéger les propriétaires, représentent également un danger lorsqu’elles sont retournées contre ces derniers. En effet, le système domotique est surtout très prisé pour renforcer la sécurité de la maison, et contrer de potentiels cambriolages, à travers notamment l’installation de caméra hautes performances. Des équipements très efficaces, qui peuvent cependant être détournés et utilisés lorsqu’ils sont hackés. Comble de l’ironie, les caméras pourraient même permettre à des cambrioleurs de cartographier une maison pour préparer leurs méfaits ! D’autres situations sont à craindre dans de pareilles installations, les personnes mal intentionnées pourraient tout simplement décider de neutraliser tous les systèmes de surveillance du domicile pour pouvoir passer à l’action en toute tranquillité.

En 2019, un mécanisme européen vient toutefois améliorer la sécurisation des installations domotiques. Chaque appareil possède désormais une identité et une clé de chiffrement uniques. Si les avancées sont encore à l’œuvre concernant la sécurisation des équipements domotiques, de nombreuses évolutions sont envisagées par les fabricants. Ces derniers imaginent, par exemple, un signalement aux propriétaires lorsqu’une porte connectée s’ouvre à une heure inaccoutumée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici