Crédit hypothécaire, les changements à venir en Belgique

Signature d'un contrat de prêt hypothécaire.

Il y a du changement en vue du côté des prêts hypothécaires. Si l’arrêté relatif aux prêts hypothécaires est validé et approuvé lors du conseil des ministres belge, les banques seront alors moins enclines à prêter. La valeur du bien immobilier ne suffira plus, dans ce cas, pour obtenir un crédit hypothécaire.

Il sera plus dur d’emprunter

L’objet de cette nouvelle mesure n’est ni plus ni moins que la préservation des banques dans le but de les rendre moins vulnérables. Celle-ci figure dans le projet d’arrêté royal de Johan Van Overtveldt, le ministre des finances. Le texte doit cependant encore être approuvé par le conseil des ministres.

C’est une mauvaise nouvelle qui se profile à l’horizon pour les clients de banque qui souhaiteraient emprunter via un prêt hypothécaire. Désormais, la valeur seule de leur immobilier ne sera plus suffisante. Les clients devront apporter d’autres garanties pour que leur prêt soit validé par la banque, et c’est la banque nationale même qui le dit. Celle-ci préconise, en effet, de ne plus offrir la possibilité aux clients, considérés comme à risque, d’emprunter 100 % de la valeur de leur bien immobilier. Ces derniers devront ainsi avoir économisé de l’argent pour obtenir le crédit recherché.

Aussi, les fonds propres supplémentaires qu’il faudra fournir, en plus de la valeur même du bien immobilier, seront de l’ordre de 30 % du montant. Finalement, le prêt sera donc équivalent à environ 80 % de la maison auquel viendront s’ajouter les fonds propres à hauteur de 20 % mais aussi les frais de notaires à hauteur de 15 %. C’est, en tous les cas, ce qu’a affirmé ce lundi matin sur Bel RTL, le patron d’une société proposant des crédits hypothécaires, Désiré Godfroid.

Un impact négatif sur les recettes de l’Etat

Toujours selon Désiré Godfroid, l’impact sera négatif sur les recettes de l’Etat. D’après lui, « il y aura moins de frais d’enregistrement qui vont être payés », ce dernier d’ajouter « il y aura moins de TVA pour les nouvelles constructions, moins d’emprunteurs, moins de transactions », pour enfin conclure que « le calcul n’est pas très bon ».

Cette nouvelle mesure, qui n’est pas encore active, rappelons-le, ne fait, semble-t-il, pas l’unanimité auprès des instituts et sociétés concernés. Les clients quant à eux, ne devraient pas voir d’un bon œil cette nouvelle loi. Il leur restera toujours la possibilité de trouver un prêt hypothécaire en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*