Mort de Billy Graham, l’évangéliste le plus médiatique d’Amérique

Billy Graham s’est éteint dans son sommeil dans la nuit du 21 février 2018 à l’âge de 99 ans. Peu connu en France et en Europe, il était l’évangéliste et le prêcheur le plus médiatique et le plus célèbre des États-unis, adoré par des dizaines de millions de fidèles et sollicité jusqu’à la Maison Blanche pour conseiller spirituellement tous les présidents depuis 50 ans.

Le plus grand prêcheur d’Amérique

Billy Graham avait eu une révélation spirituelle à l’âge de 16 ans et avait rapidement conquis les foules grâce à son charisme et ses sermons énergiques. Dès les années 40 il a été amené à prêcher aux quatre coins du Monde, jusqu’en Chine, en Corée du Nord et en URSS sans oublier toute l’Europe.

Dès l’apparition de la télévision, il a su saisir cette occasion unique pour devenir une figure incontournable du « télévangélisme » et ainsi accroître sa célébrité et son influence sur le monde protestant, jusqu’à être considéré par certains comme le « pape » du protestantisme. Certains de ses sermons regroupaient plusieurs centaines de milliers de croyants dans des stades immenses et des millions de téléspectateurs lors de leur retransmission en direct à la télévision.

Un auteur à succès

Pourtant, Billy Graham n’a pas communiqué avec ses fidèles seulement à travers ses sermons, la télévision et la radio. Même si c’est assez peu évoqué, Billy Graham a également été un auteur prolifique dont les ouvrages spirituels ont presque tous été des best-sellers, battant tous les records de ventes. Nul doute que ses livres ont largement participé à le faire connaître.

Billy Graham a publié 33 livres entre 1947 et 2015 et beaucoup d’entre eux sont devenus des best-sellers et ont battu des records de vente. Par exemple, dans les années 70, Jésus et les jeunes fut vendu à plus de 200 000 exemplaires en seulement deux semaines. Un peu plus tard, Les anges, agents secrets de Dieu, fut vendu à un million d’exemplaires en 90 jours seulement.

Des livres qui ont changé l’Amérique

Ce statut d’auteur à succès a fait de lui une figure absolument incontournable du protestantisme américain et mondial. Il a redessiné les contours de la foi et a guidé des millions de lecteurs en les ramenant à la foi.

À travers ses livres est né le mouvement des born again, ces croyants égarés qui retrouvent la foi à travers l’illumination. Pour beaucoup d’américains, les livres de Billy Graham avaient eu cet effet sur eux. D’ailleurs, son livre Renaître, publié en 1976 est très largement connu pour avoir marqué l’histoire du monde de l’édition. En effet, le livre aurait été imprimé à 800 mille exemplaires lors de sa première édition. Un record et un risque qu’aucun autre éditeur de best-seller n’aurait osé prendre.

Un interlocuteur privilégié des plus grands

Billy Graham est vite devenu incontournable dans les affaires religieuses et protestantes. Alors, dans une nation comme les États-Unis, bâtie par des pèlerins et autour du protestantisme, Billy Graham est vite devenu un guide spirituel de premier ordre pour les présidents du pays.

Effectivement, Billy Graham les a tous conseillés pendant plus de 50 ans, jusqu’à Barack Obama qu’il avait rencontré en 2010, alors déjà très malade et affaibli. Il n’y a que Donald Trump qu’il n’aura jamais rencontré en tant que président, mais seulement comme homme d’affaires, en 2013.

L’influence de Billy Graham s’étendait jusqu’en Europe où il avait une relation amicale intime avec la reine d’Angleterre Elisabeth II. Une relation décrite dans un épisode de la saison 2 de la série Netflix The Crown où Billy Graham apparaît en jeune pasteur.

L’homme qui a redonné la foi à l’Amérique

Billy Graham a marqué de nombreux américains au de ses 70 années d’activité, notamment parce qu’il aurait redonné la foi à beaucoup d’entre eux. Ses sermons énergiques, son charisme et sa volonté de partager sa foi auraient poussé beaucoup d’américains à retourner à l’église.

L’ancien président George W. Bush lui-même a confirmé l’impact très positif que Billy Graham avait eu sur sa vie et sa relation à Dieu en assurant que c’était grâce à lui qu’il avait vaincu son alcoolisme à l’âge de 40 ans.

L’influence de Billy Graham sur le monde protestant était telle que certains le considéraient comme le pape du protestantisme, une figure d’autorité qui a donné à cette religion ses directions spirituelles.

Un homme engagé

Billy Graham était également apprécié de ses fidèles pour ses engagements, notamment en faveur des droits civils dans les années 60. Il était un grand ami de Martin Luther King et a toujours refusé que les noirs et les blancs soient séparés en deux groupes distincts lors de ses sermons.

En revanche, certains de ses engagements ont également été très critiqués, notamment son engagement en faveur de l’œcuménisme qui le poussa à se rapprocher du pape catholique Jean-Paul II. Une proximité très mal perçue par beaucoup de figures influentes du protestantisme.

Enfin, ses combats contre l’avortement et contre les droits des couples homosexuels l’avaient un peu éloigné de la jeunesse américaine depuis deux décennies.

Malgré tout, c’est un pays tout entier et le protestantisme mondial qui a pleuré, en février dernier, la mort de l’une de ses figures les plus influentes. Billy Graham représentait à lui tout seul une certaine idée de l’Amérique, charismatique, croyante et sûre d’elle, bonne et idéaliste qui plaisait au public et qui lui manquera pendant longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *