Introduction à la finance solidaire, de Amélie Artis

Ce livre engagé propose une vision optimiste et non utopiste de l’économie sociale et solidaire, une capacité de changement dans le pessimisme ambiant. Cet excellent ouvrage simple d’accès et clair, offre une étude globale des transformations dans le système financier et économique, afin d’établir les possibilités existantes qui donnent naissance au concept de durabilité et de finance solidaire.

La notion de finance solidaire

Dans un système financier actuellement en crise, l’auteure délimite d’abord son sujet de recherche, en mettant en valeur que de multiples initiatives de financements solidaires ont vu le jour, donnant naissance à un concept économique possiblement intégrable à la finance actuelle, celui de finance sociale et solidaire.

Les chapitres

Avec quatre chapitres clairs et d’une lecture facile, ce livre propose des exemples variés et avec des sources vérifiées. Le chapitre un dépeint un portrait de la finance solidaire en parallèle à la finance classique, à partir d’exemples venus de tous les continents. Ensuite, l’auteure questionne les avantages et inconvénients de la finance solidaire, en étudiant des organisations existantes. Le troisième chapitre nous plonge dans la littérature économique pour observer les mécanismes du crédit et de l’intermédiation financière (collecte de l’épargne et redistribution sous forme de prêt). En conclusion, le quatrième chapitre considère la finance solidaire en évaluant ses performances et la question de la concurrence.

Cette vision pour le moins altruiste étudiée sous l’angle institutionnaliste et universitaire, puisqu’elle s’applique à manier les outils statistiques sur des données concernant les expériences déjà menées dans toutes sortes de pays, donne un panorama limpide du concept de finance solidaire.

Historique et problématique

La finance actuelle ne propose pas vraiment de solution pour que les conditions de vie des personnes s’améliorent, mais se trouve paradoxalement à l’origine de situations d’instabilité. Depuis les années 80 et malgré de nombreuses innovations, la finance contemporaine tarde à se soucier de l’humain. C’est la raison pour laquelle des initiatives de finance solidaire ont vu le jour. Elles proposent de nouvelles façons de gérer les rapports économiques.

Les banques agissent sur 3 pôles : la gestion des moyens de paiement, la collecte des dépôts et le crédit. Ce qui au XIXeme siècle était la finance solidaire, se concrétisait par l’aide à des entrepreneurs originaux distinct, proches du capitalisme, par des innovations visant la rentabilité. Aujourd’hui, au contraire, les organisations de finance solidaire soutiennent des projets de personnes qui ont des difficultés, ne remplissant pas les conditions pour accéder à des crédits, hors normes.

La finance actuelle ne propose pas beaucoup de solutions extérieures aux entités sociales, aux personnes ou associations qui ne travaillent pas en fonction de logiques de type capitaliste, qui ont des revenus aléatoires. Cela créé de nombreuses exclusions. Ce type de profil est nouveau, ce sont des personnes ou des associations, qui ont les compétences pour entreprendre mais ne possèdent pas de patrimoine familial / financier pour les soutenir. La finance solidaire s’adresse donc à eux et bouleverse les codes du crédit à l’entreprenariat.

Rôle et fonction

Actuellement, la finance solidaire est encore un concept flou. Elle se présente comme un système de relations sociales et financières qui valorisent la socialisation entre les partenaires (institutions financières et entrepreneurs individuels et/ou collectifs) et les cas atypiques, si nombreux : elle est un objet financier et social. La finance solidaire innove de plus en plus, notamment avec l’épargne solidaire, des produits d’investissement différents, la création de structures associatives et coopératives, l’instauration de nouveaux outils d’évaluations. Rénover et développer des réseaux et des possibilités de financement pour les entrepreneurs atypiques, est-ce une solution pour créer un nouveau système de distribution des biens ? En quoi la finance solidaire révolutionne et dévie le système financier existant et est-elle réellement efficace ?

L’auteur

L’auteur, Amélie Artis, est actuellement maîtresse de conférence en Économie à Sciences Po Grenoble. A. Artis est spécialiste dans l’étude de l’influence des entreprises collectives de l’Économie sociale et solidaire, et leur impact sur le développement socio-économique. Que ce soit au niveau financier, de l’agriculture, de la distribution des énergies ou encore dans la manière dont elles consomment, l’auteur observe et questionne la capacité de régulation économique de ce type d’organisations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *