Alors que le pays entre dans la cinquième vague pandémique, le gouvernement entend bien redresser la situation économique grâce à la loi de finances 2022, publiée le 31 décembre 2021. L’objectif : relancer la croissance économique et améliorer la dette publique, mise à mal par les différents dispositifs déployés pour répondre aux conséquences de la crise sanitaire. Au programme, de nombreuses mesures fiscales et sociales et le déploiement du budget historique de 50 milliards pour accélérer la transition énergétique. Dans ce cadre, le dispositif à succès MaPrimeRénov’ est reconduit pour cette année 2022, avec quelques ajustements.

Loi de finances 2022 : un projet pour l’avenir

Après deux ans de crise sanitaire et de nombreux dispositifs d’aide déployés pour répondre aux conséquences de la pandémie, les caisses de l’État sont vides. En 2022, le déficit atteindrait 153,8 milliards d’euros contre 142,4 milliards prévus initialement. Pour tenter de relancer la croissance économique du pays, le gouvernement lance, le 31 décembre 2021, la loi de finances 2022. Le texte n’évoque pas de mesures majeures, mais réajuste les dispositifs déjà mis en place et la fiscalité des professionnels et particuliers. Entre la reprise économique et la baisse du déficit public, le gouvernement entend baisser le taux d’endettement à 113,5 % du PIB en 2022, ceci contre 115, % en 2021.

Par ailleurs, le gouvernement compte sur la diminution des dépenses de l’État de 34,5 milliards d’euros du fait de l’allégement des dépenses concernant les soutiens d’urgence et de relance. Les aides qui seront octroyées concerneront désormais uniquement les régions les plus en difficultés, rencontrant des restrictions sanitaires ou des difficultés structurelles. Si la loi de finances 2022 concerne la situation économique du pays, elle n’en n’oublie pas pour autant les enjeux environnementaux et la transition écologique. Ainsi, un budget historique de 50 milliards a été débloqué pour accélérer cette dernière, soit une hausse de 1,5 milliards d’euros par rapport à l’année dernière. Une somme destinée à faire entrer l’écologie dans la vie des Français et destinées à soutenir des transports plus verts, à créer des villes plus respirables et à permettre une meilleure isolation des bâtiments. À ce sujet, l’État renouvelle d’ailleurs le dispositif MaPrimeRénov’ pour l’année 2022, avec cependant quelques ajustements.

L’État reconduit le dispositif à succès MaPrimeRénov’

MaPrimeRénov’ est un dispositif créé le 1er janvier 2020, dans le but de répondre à une problématique croissante de déperdition énergétique. Ouvert aux propriétaires comme aux syndicats de copropriétaires, MaPrimeRénov’ permet aux particuliers de réduire leurs factures, améliorer leur confort et diminuer les rejets de gaz à effet de serre. Le dispositif concerne tous les travaux d’isolation, de ventilation, d’audit énergétique et de chauffage. L’isolation et le changement des systèmes de chauffage et de climatisation sont les travaux les plus demandés par les particuliers. Pour pouvoir bénéficier de l’aide octroyée par MaPrimeRénov’, les propriétaires doivent solliciter des professionnels aux entreprises labellisées RGE (reconnues garantes pour l’environnement).

MaPrimeRénov’ rencontre un véritable succès auprès des Français depuis sa mise en place, plus de 190 000 demandes ont été déposées en 2020 pour pouvoir en bénéficier. C’est donc tout naturellement que l’État a décidé d’investir à nouveau pour les propriétaires, soucieux d’effectuer des travaux de rénovation énergétique sur leur résidence principale. Une enveloppe budgétaire supplémentaire de 2 milliards d’euros a ainsi été déployées pour 2021 et 2022 avec pour objectif la rénovation de 400 à 500 000 logements par an.

Tous les particuliers, résidant dans un logement datant d’au moins 15 ans, peuvent bénéficier de l’aide MaPrimeRénov’ pour effectuer des travaux sur leur résidence principale. Le montant octroyé tient cependant compte des ressources des propriétaires, les revenus les plus modestes pouvant bénéficier d’une aide jusqu’à 90 % du devis. Les intéressés sont invités à se rendre sur le site officiel de MaPrimeRénov’ pour vérifier leur éligibilité et le montant qui leur est octroyé.

MaPrimeRénov’ : les nouveautés 2022

Le dispositif MaPrimeRénov’ a connu quelques réajustements depuis la mise en place de la loi de finances 2022. Les textes reconduisent l’aide aux propriétaires concernant les travaux énergétiques, mais restreignent son éligibilité. Voici les trois changements intervenants dans le cadre de la loi de finances 2022 :

  • Seuls les logements de plus de 15 ans peuvent désormais bénéficier de l’aide, contre 2 ans auparavant. À travers cette mesure, l’État souhaite restreindre les demandes pour concentrer uniquement son budget vers la rénovation des bâtiments les plus énergivores. Les demandes de changement de chaudières fonctionnant au fioul échappent cependant à la règle. Les propriétaires seront dans ce cas éligibles à MaPrimeRénov’, et ce quelque soit l’ancienneté du bâtiment.
  • Si le propriétaire souhaite appliquer le dispositif MaPrimeRénov’ dans son logement, avant son emménagement, il dispose d’un délai de 1 an pour pouvoir occuper sa résidence principale à partir de la demande de solde (contre 6 mois auparavant).
  • La mise en place d’un dispositif spécial pour les interventions les plus coûteuses. Les logements les plus énergivores, désignés comme étant des passoires thermiques, entrent dans le cadre du dispositif « MaPrimeRénov’ Sérénité ». Il permet de débloquer jusqu’à 50 % des travaux, le plafond étant fixé à 30 000 €. « MaPrimeRénov’ Sérénité » remplace le dispositif « Habiter Mieux Sérénité », lancé en 2013 et géré par l’Anah (l’agence nationale de l’habitat).

Le ministère déclare que la situation est encore loin d’être gagnée et considère qu’il faudrait aujourd’hui traiter 290 000 maisons individuelles et 9 500 copropriétés mal notées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici