En juin 2019, Toulouse Métropole s’était déjà engagée en faveur de l’environnement à travers son plan climat air énergie territoriale. Un projet pour le moins ambitieux qui concernait ses 37 communes et plus de 780 000 habitants. Début novembre 2021, la ville réitère son engagement en visant une réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030, par rapport à l’année 2008. Entre rénovations énergétiques et amélioration des services de transport, zoom sur le plan climat de la ville de Toulouse.

Toulouse signe à nouveau son plan climat

Toulouse Métropole s’engage contre le réchauffement climatique. Au lendemain de la cop26, sonnant l’alarme environnementale, la ville rose se veut désormais verte. Un engagement qui ne date cependant pas d’hier. En juin 2019 déjà, Toulouse Métropole avait mis en place son plan climat air énergie territorial (PCAET). Un dispositif visant à suivre la loi nationale sur la transition énergétique et concernant ses 37 communes, soit plus de 783 000 habitants. Depuis début novembre 2021, la ville souhaite renforcer cet engagement en instaurant un nouveau plan climat, plus ambitieux que le précédent. Celui-ci prévoit de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici à 2030, par rapport à l’année 2008. Par ailleurs, la ville de Toulouse entend diminuer la consommation énergétique de 20 % par rapport à 2016 et doubler la production d’énergies renouvelables.

Pour parvenir à ses fins, Toulouse Métropole a mis en place depuis 2018 un programme d’actions conséquent, visant notamment à rénover massivement les logements privés avec un objectif de 7 500 logements rénovés par an d’ici à 2026. Les bâtiments HLM et communaux sont bien entendu concernés par ces rénovations énergétiques, certains d’entre eux étant de véritables passoires thermiques. À noter que, grâce à sa prise de position en faveur de l’environnement, Toulouse a reçu, en juin 2019, le label européen Cit’Ergie.

Transports et rénovations : les points essentiels du plan climat

Le plan climat mis en place par Toulouse Métropole est conséquent. Voici cependant les deux pôles les plus marquants de ce programme.

Les énergies renouvelables en pole position

À terme, le plan climat prévoit que les énergies renouvelables soient produites majoritairement de manière locale et fournissent 10% de la consommation d’électricité d’ici à 2030. À savoir que Toulouse Métropole se sert depuis 2019 de l’incinérateur d’ordures ménagères pour pouvoir faire tourner un deuxième réseau de chaleur. Ce dernier profite à 15 000 logements et empêche le rejet de 19 000 tonnes de CO2 par an.

Mais le plan climat de Toulouse Métropole se distingue surtout à travers l’installation de la plus grande centrale photovoltaïque urbaine de France. S’étendant sur une surface de 25 hectares, cette centrale génère plus de 154 mégawatts et profite à 4 000 foyers. Un bilan reste cependant à effectuer concernant cette installation en matière de gaz à effet de serre. Par ailleurs, les habitants sont invités par la ville de Toulouse à effectuer les rénovations nécessaires pour pouvoir suivre les engagements pris à travers le plan climat. Pour cela, certains font appel à une entreprise de rénovation à Toulouse pour effectuer leurs travaux.

Le développement des transports en commun

Toulouse se développe très vite et constate une augmentation importante du nombre d’habitants par an (9 200 habitants de plus par an). La population a besoin de se déplacer quotidiennement, ce qui nécessite donc de nouvelles mesures en matière de transports. Un vrai cas de conscience cependant pour la ville de Toulouse qui sait qu’ils sont responsables de 54 % des émissions de gaz à effet de serre de 82 % des oxydes d’azote.

Pour pouvoir réduire ces taux alarmants de gaz à effet de serre, la ville rose prévoit de limiter au maximum les déplacements effectués en véhicules thermiques, au profit des vélos et des transports en commun. Des aménagements qui ont pour but de réduire de 22% les émissions de gaz à effet de serre en matière de déplacements, d’ici à 2030.

Pour réduire les déplacements en véhicules thermiques, la ville prévoit de construire une troisième ligne de métro, de doubler les pistes cyclables et d’ouvrir une zone à faibles émissions qui sera interdite aux véhicules les plus polluants.

Prime éco-rénovation : les aides à la rénovation énergétique

Toulouse Métropole a mis en place une prime éco-rénovation pour inciter la population à engager des travaux énergétiques sur leur résidence principale. En octobre 2020, la ville avait déjà mis en place une aide financière visant à soutenir le secteur du bâtiment, lutter contre le gaspillage énergétique et diminuer la consommation énergétique des ménages liée à leur système de chauffage. En 2021, Toulouse renouvèle ce dispositif en mettant 2,31 millions d’euros d’aide à destination des particuliers. Tous les Toulousains peuvent bénéficier de cette aide à la rénovation pour leur résidence principale, aucune condition de ressource n’est imposée.

Plusieurs primes sont prévues pour inciter les particuliers à rénover leur logement. Elles peuvent par ailleurs être cumulables en fonction des travaux effectués :

  • La prime rénovation : le propriétaire pourra obtenir une prime de 1000 € si les rénovations effectuées permettent d’atteindre 40 % d’économies d’énergies.
  • La prime « Rénovation BBC » : cette prime est destinée à toutes les rénovations obtenant le label « Bâtiment Basse Consommation Rénovation ». Le propriétaire pourra obtenir une prime de 3 500 € si le montant des travaux est inférieur à 40 000 € TTC et une prime de 5 000 € si le montant des travaux est supérieur à 40 000 € TTC.
  • La bonification pour l’usage de « Matériaux Bio-sourcés » : cette aide est destinée à tous ceux qui sont éligibles à au moins l’une des deux primes citées. Si les rénovations utilisent des matériaux bio-sourcés, le propriétaire pourra toucher un bonus allant jusqu’à 2 500 €.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici