Les toilettes sèches sont une méthode économique, écologique et durable qui permet de remplacer des toilettes classiques. Installer des toilettes sèches chez soi, dans une maison ou un appartement, peut vous permettre d’économiser jusqu’à 30 % de votre consommation annuelle d’eau. Cependant, beaucoup de ménages n’osent pas encore sauter le pas. Voici donc quelques conseils et différents modèles qu’il est possible d’installer.

Les toilettes sèches à litière : le modèle le plus classique

Le modèle le plus connu et le plus classique, c’est celui des toilettes sèches à litière. Le principe est simple : dans une caisse en bois, un réservoir est utilisé pour recevoir les excréments et les urines. Une cuvette de toilettes classiques vient recouvrir le réservoir. À chaque fois que les toilettes sont utilisées, il faut recouvrir les excréments et les urines de litière, de copeaux de bois ou de sciure de bois.

Ce modèle est très facile à construire soi-même. Il est donc très accessible et aussi très économique. La sciure de bois se trouve facilement, car toutes les menuiseries et les scieries s’en débarrassent gratuitement. Il suffit de penser à placer un réservoir pour la sciure ou les copeaux à côté du siège des toilettes. Sans surprise, c’est donc le modèle vers lequel se tournent presque tous ceux qui installent leurs premières toilettes sèches.

Néanmoins, un modèle de ce genre a évidemment quelques inconvénients. Le premier, c’est qu’il demande de se ravitailler en sciure et d’en utiliser suffisamment pour éviter les odeurs. Ensuite, ce modèle exige d’être vidangé une à deux fois par semaine pour une famille de quatre personnes. C’est généralement cette exigence qui répugne le plus les particuliers. Pourtant, c’est elle qui permet d’utiliser nos excréments dans le compost.

Les toilettes sèches à séparation à la source : un modèle plus sophistiqué

Ce modèle de toilettes sèches est assez particulier parce qu’il permet de séparer les urines des excréments. Cependant, pour qu’il puisse fonctionner, il exige d’être utilisé uniquement en position assise. Les hommes devront donc prendre l’habitude de s’asseoir, sinon ce genre de toilettes sèches perd tout son intérêt.

En fait, ces toilettes fonctionnent grâce à une cuvette particulière. L’avant de la cuvette dispose d’une évacuation indépendante réservée aux urines. L’arrière a sa propre évacuation réservée aux excréments. L’avantage, c’est que les deux réservoirs séparés sont installés de manière à ce qu’ils ne gênent pas. Ils doivent être vidangés moins souvent et ces toilettes ressemblent à des toilettes classiques, mais fonctionnent sans eau.

L’inconvénient d’un tel dispositif, c’est qu’il est presque impossible de le fabriquer soi-même. Ces toilettes très particulières sont la spécialité de certains constructeurs, notamment norvégiens. De plus, les réservoirs placés sous les toilettes nécessitent donc d’être enterrés. Ils ont aussi besoin de pouvoir être vidés. L’installation de telles toilettes exige donc de faire des travaux parfois importants.

Les toilettes sèches à séparation pour gros volume : idéales pour les lieux publics

Pour que les toilettes sèches aient un impact écologique majeur, il faut que les particuliers les adoptent, mais il faut aussi que les lieux publics et les entreprises le fassent. Le problème, c’est qu’avec une fréquentation importante, les toilettes sèches deviennent vite très incommodes et les réservoirs se remplissent à toute allure.

Les toilettes sèches à séparation pour gros volume fonctionnent sans eau, mais aussi sans sciure. Elles ressemblent à des toilettes normales, sauf qu’une pédale se trouve à côté de la cuvette. Elles s’utilisent donc tout à fait normalement, à ceci près qu’il faut actionner la pédale quand on a fini. Celle-ci active un tapis roulant qui entraîne les excréments. Les urines, quant à elles, sont naturellement entraînées par la gravité dans le sens opposé à la course du tapis vers un réservoir.

Le tapis, de son côté, emporte les excréments derrière la cloison des toilettes. Il faut donc prévoir de l’autre côté du mur un réservoir pour les excréments. L’avantage, c’est que cela permet de prévoir des espaces de très grande taille creusés dans le sol et parfaitement clos. La taille de l’espace peut être adaptée au nombre de toilettes et à la fréquentation des lieux. Une solution qui nécessite des travaux, mais qui est très économique, hygiénique et écologique.

Peut-on installer des toilettes sèches dans un appartement ?

De plus en plus de particuliers se disent prêts à installer des toilettes sèches chez eux. Malheureusement, il faut être en mesure de pouvoir vider les réservoirs de ses toilettes quand ils sont pleins. Pour ceux qui vivent en maison, il suffit d’installer un compost au fond du jardin pour avoir un endroit où vider les toilettes. Quand on vit en appartement, c’est plus compliqué.

Pourtant, ce n’est pas impossible. Si votre copropriété bénéficie d’un petit jardin et que les copropriétaires sont d’accord, il est possible d’organiser un compost et d’adapter la taille à l’apport des toilettes sèches. Dans certaines villes, il existe également des lieux de compostage public qui autorisent les particuliers à y vider leurs toilettes sèches. Il y a une logistique à mettre en place, car elle manque encore dans beaucoup de villes, mais c’est techniquement possible.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici